Musicien autodidacte, féru de jazz, toujours à l'affut de nouvelles sonorités, François de Roubaix a innové dans le domaine de la musique de films en utilisant des instruments exotiques, en expérimentant des musiques électroniques: le premier à utiliser un modulateur de fréquences dans ses compositions, à travailler en home studio, jouant et enregistrant tous les instruments d'une même partition sur son multipiste. L'exemple le plus connu est celui de 'La Scoumoune' qu'il a entièrement joué et enregistré seul dans son appartement de la rue de Courcelles à Paris.

Ses thèmes sont connus mais quelle est la notoriété de François de Roubaix comparée à celle d'un Ennio Morricone ou d'un John Williams? Il lui a manqué plus de succès publics et surtout plus de temps. Son plus grand succès demeure 'Le Vieux Fusil', César de la meilleure musique de film à cette première cérémonie qui eut lieu en 1976. C'est son père, Paul de Roubaix, qui est venu chercher le trophée. François avait disparu quelques mois plus tôt lors d'une plongée sous-marine, son autre passion. Elle l'a emporté.

Aujourd'hui ses mélodies sont aussi connues des nouvelles générations, grâce notamment aux rééditions en CD et aux musiciens actuels qui samplent et mixent François de Roubaix: Carl Craig, Stephen Simmonds, Robbie Williams, Lil Bow Wow, Les Troublemakers... 30 ans après sa disparition, sa musique nous parle toujours.